2009-2010 deviendra un binôme de référence dans l’excellence pour les AOC de Saint-Emilion – Pomerol - Montagne et Saint-Georges à l’instar de 1989-1990.

2 facteurs climatiques majeurs ont marqué ce millésime 2010 :

un déficit en eau de plus de 43% depuis le début de l’année (pluviométrie identique à 2005 mais avec une répartition différente),

des amplitudes thermiques journalières (différence entre la température minimale et maximale) autour de 14°C pendant tout l’été.

 

CONDITIONS CLIMATIQUES

Après un hiver plus froid que la moyenne trentenaire, un printemps instable et plutôt frais installant une floraison assez tardive, les températures des mois de juillet, août et septembre, sans excès, ont été proches des normales saisonnières entraînant une véraison assez lente proche de la moyenne des dates des 5 dernières années. 

 

Ces conditions climatiques, enregistrées jusqu’aux vendanges, ont entraîné, d’une part, un arrêt de croissance précoce avant la véraison favorisant l’accumulation importante du sucre dans la pulpe et de tous les pigments dans les peaux et d’autre part une préservation exceptionnelle des arômes et de l’acidité nécessaires à l’équilibre des grands vins. De plus, il est à noter que grâce à ces conditions climatiques très favorables au non développement des maladies et à notre vigilance, l’état sanitaire des raisins était parfait au moment de la récolte et a permis de mener sereinement les chantiers.

 

Nous avons du nous adapter tout au long de l’année à ces conditions particulières en effectuant dans le vignoble un gros travail pour aider la vigne à supporter ces conditions exceptionnelles (enherbement, effeuillage et éclaircissage-allègement de la charge raisonnés en fonction des terroirs, de l’âge et de la vigueur de la vigne…).

 

POTENTIEL DES RAISINS

Tous les éléments se sont idéalement conjugués pour aboutir à un superbe résultat : 

des vendanges à la carte depuis le 27 septembre dans les zones précoces dans de bonnes conditions climatiques, la qualité exceptionnelle des merlots et des cabernets, des grains de raisins de très petite taille indiquant un grand millésime, des rendements modérés et une grande concentration, des degrés naturels élevés (autour de 13% vol) dans toutes les situations avec des niveaux d’acidité présageant du magnifique équilibre des futurs vins, des peaux épaisses, très aromatiques et riches en composés phénoliques mûrs (les résultats d’analyse des raisins présentaient des niveaux rarement égalés) et des tanins de pépins mûrs au goût de «noisette» laissant augurer des vins équilibrés et soyeux, des moûts d’une couleur exceptionnelle et d’une puissance aromatique incroyable (fruits noirs et rouges).

 

DEGUSTATION

La dégustation des vins, en cours d’élevage, confirme de façon éclatante l’excellence de ce millésime. Les vins, d’une grande complexité aromatique (cocktail de fruits noirs et rouges mûrs, épices, violette...) se développent en bouche avec à la fois force et équilibre, les vins sont charpentés, les tanins sont encore fermes, mûrs et gras, la fraicheur accompagne délicatement la dégustation et met en valeur une impressionnante longueur aromatique, mélange de fruits mûrs et d’épices. Des vins de garde, racés et de caractère que l’élevage sublimera. C’est la rencontre entre nos grands terroirs et un millésime rare. A suivre patiemment.


Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Signaler un abus